Quel visa pour visiter la Nouvelle-Zélande ?

Différents types de visas sont actuellement disponibles pour les voyageurs qui veulent découvrir ce pays. Ils dépendent du motif du voyage, ainsi que de la durée du séjour. Les formalités pour les visites inférieures à 3 mois sont en train de subir des modifications. En effet, elles vont changer à partir du 1er octobre 2019. Il est donc temps d’être au courant de ces évolutions. Voyager en Nouvelle-Zélande sans visa arriverait à sa fin d’ici quelques semaines.

Aller en Nouvelle-Zélande sans visa

Pour une visite de moins de 3 mois, un passeport valide de 30 jours après la date du séjour peut suffire. Au-delà de cette durée, il faut effectuer une demande de visa dépendamment du but du voyage. Actuellement, des résidents de 60 pays à travers le monde, dont la France, n’ont pas besoin de visa de moins de 3 mois. Cela entre dans le cadre d’un programme d’exemption de visa du gouvernement néo-zélandais. L’absence de visa est aussi valable pour un transit.

Alors, pour les touristes français, il est temps de profiter de ce programme pour aller visiter ce beau pays. Les sites et les lieux à découvrir ne manquent pas. C’est un endroit peu peuplé où il y a beaucoup plus de moutons que d’habitants. En effet, il y a environ 6 moutons pour un être humain. En outre, les plages ne sont pas trop éloignées. Elles sont situées à moins d’une journée d’excursion. Enfin, c’est la terre des kiwis. Il s’agit ici du fruit, de l’oiseau et des habitants. L’occasion est encore offerte de visiter Hagley Park et son jardin botanique de 30 hectares. Également, le lac Wakatipu en tant que le plus long lac du pays avec sa longueur de 80 km mérite d’être exploré.

Qu’en est-il du visa électronique ?

Le Gouvernement néo-zélandais a récemment fait savoir sa décision de modifier les conditions d’entrée sur son territoire. Ainsi, à partir du 1er octobre 2019, la demande se fera obligatoirement sur le web. C’est en quelque sorte une autorisation de voyage ou un visa électronique en ligne pour la Nouvelle-Zélande. Également, à commencer de cette date les touristes devront payer les frais de formalités, une taxe comprise entre 15 et 21 euros. Cette fin du programme d’exemption de visa est justifiée par les autorités néo-zélandaises afin de :

  • rendre meilleure la sécurité tout en réduisant les risques liés à l’immigration,
  • mieux combattre les menaces de contrebande et de biosécurité,
  • améliorer l’expérience des voyageurs.

Les premières demandes d’e-visa peuvent être faites à partir de juillet 2019. À cet effet, il faut remplir le formulaire officiel en ligne. Tout le monde aura le temps nécessaire pour être prêt à présenter son e-visa à partir du 1er octobre 2019.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *