Delhi

Selon la tradition Delhi serait l’ancienne Indraprastha, la capitale des Pavadas, les héros positifs du Mahabharata, la bible hindouiste. Des fouilles archéologiques ont permis d’établir que la région de Delhi était probablement déjà habitée deux millénaires avant J.-C. Aujourd’hui la ville est une immense conurbation qui inclut à son intérieur New Delhi, la capitale de l’Inde. Deux âmes strictement complémentaires qui reflètent la cohabitation entre le passé et le temps présent à tous niveaux. Le Delhi actuel est une métropole riche en contrastes sociaux et urbains. Ce qui marque le visiteur est la forte empreinte musulmane à niveau architectural, qui est le résultat de plusieurs siècles de domination turco-afghane.

175 monuments sont classés à Delhi comme patrimoine national. La vieille ville est le site où les gouverneurs moghol et les sultans turcs construisirent plusieurs merveilles architecturales comme Jama Masjid, la plus grande mosquée d’Inde, ou le Fort Rouge, une forteresse moghole qui renferme de nombreux palais impériaux, édifices en marbre et mosquées.

Trois sites classés au patrimoine mondial sont situés à Delhi :

  1. Le Q’tub Minâr, un magnifique minaret en grès rouge qui fait partie d’un complexe qui comprend une mosquée, plusieurs bâtiments et le Pilier de Fer, qui a la particularité de ne pas rouiller. La résistance à la corrosion de ce dernier est due à une couche uniforme d’hydrogénophosphate de fer cristallin qui le protège des effets du climat humide de Delhi.
  2. Le fabuleux tombeau d’Hûmâyun, qui aurait inspiré l’édification du Taj Mahal.
  3. La Porte de l’Inde, qui commémore les soldats indiens dont ceux de l’Armée des Indes britanniques morts durant la Première Guerre mondiale et la troisième guerre anglo-afghane en 1919.

D’autres monuments comme le Jantar Mantar (un observatoire astronomique du XVIIIème siècle), Purana Qila (une forteresse du XVIème siècle), le temple du Lotus, le temple Laxminarayan et le temple Akshardham sont des exemples d’architecture plus moderne. Certaines maisons de New Delhi, les bâtiments du gouvernement et les résidences officielles rappellent l’architecture coloniale britannique.

La ville est parsemée des temples consacrés aux différentes divinités hindouistes et abrite aussi le Temple Sikh de Bangla Sahib qui, édifié en marbre blanc, coiffé d’un dôme doré et agrémenté d’un vaste bassin pour les ablutions des fidèles, constitue une réelle merveille d’architecture sacrée.

Les couleurs, les gens, la vie qui se déploie dans les rues confèrent à Delhi un charme rarement atteint par d’autres villes d’une telle taille.

                                                                         Auteur: Danilo Jon Scotta

Partir à la découverte de l’Inde, sur les traces des anciens bâtisseurs

 

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *