Douce France : la Cité épiscopale d’Albi

En France, chaque siècle d’histoire a laissé un lot d’héritage, principalement patrimonial, aux 4 coins du territoire. Sur l’ensemble de ces monuments et édifices que le passé a légué aux générations ultérieures, environ 25 sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Parmi eux, la Cité épiscopale d’Albi, ville du sud-ouest de la France, est d’une rare magnificence.

Une visite à organiser

Comptez deux ou trois jours à Albi pour découvrir ce grandiose complexe architectural de l’époque médiévale. Durant votre séjour, plutôt que d’aller à l’hôtel, il est préférable de chercher des sites internet de particuliers proposant la location saisonnière de leur appartement ou maison. Les propriétaires de biens immobiliers en location sont de plus en plus nombreux à privilégier le Web pour trouver des locataires saisonniers. Ils n’hésitent donc pas à investir dans la création de site internet design, et surtout ergonomique pour attirer le plus possible d’internautes.

Un joyau du Moyen-âge au milieu d’un fabuleux paysage naturel

La Cité épiscopale d’Albi se trouve en bordure du Tarn. Elle est entourée d’un parc arboré en plus d’un ensemble de verdure apportant fraîcheur et magnifique mariage de couleur à l’ensemble du tableau. Une vue aérienne du site vous émerveillera sans nul doute !

albi

L’architecture gothique

La Cité épiscopale se dresse dans la vieille ville d’Albi. Son architecture affiche un éclatant, original et authentique style gothique méridional. La cathédrale fortifiée, un des édifices qui la composent, est principalement à base de briques exhibant un mariage de tons rouge et orangé. Ces briques cuites ont été fabriquées localement au 13e siècle. À côté de la cathédrale trône l’immense palais épiscopal de la Berbie. Ce dernier est entouré d’une concentration de quartiers d’habitation construits à la même période. Le palais abrite aujourd’hui le musée Toulouse-Lautrec. Pour en revenir aux quartiers, ils sont au nombre de 4 : le Castelviel, le Casternau, le Bourg Saint-Salvi ainsi que les Combes et berges du Tarn comprenant le Pont-Vieux dont la construction remonte en 1040.

albi2

Les composants en détail de la cathédrale

La pièce centrale de ce complexe est sans doute la Cathédrale Sainte-Cécile. Celle-ci, faisant 113 mètres de longueur et 35 mètres de largeur, fut bâtie en 1282. La construction intégrale du cœur fut achevée en 1480. Quant à son clocher, rajouté en 1492, il s’élève à 78 mètres de hauteur. L’orgue classique, pour sa part, est intégré à la cathédrale au 18e siècle. La peinture murale du Jugement dernier et les fresques de la voûte, datant respectivement de la période 1474-1484 et 1509, vous éblouiront assurément. La Collégiale Saint-Salvi, une église cette fois-ci et gérée à l’époque par un collège de clercs, allie architecture romane en pierre et gothique en brique. L’église possède un clocher-tour de guet, à voir absolument. La Collégiale se prolonge sur une galerie méridionale qui donnait sur un cloître, celui-ci ayant été détruit durant la Révolution française.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *