Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : suite et fin

Après moult rebondissements, une multitude de heurts, la saisie de l’instance juridique, des atermoiements des précédents gouvernements, l’information tant attendue est enfin tombée : le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné. Il va sans dire qu’une telle nouvelle ne peut que réjouir l’équipe de rédaction du magazine Nanabio.fr.

La présidence de la République a tranché. Ce projet ne date pas d’hier puisque l’idée a germé en 1965. Cela étant, c’est Jean-Marc Ayrault (maire de Nantes) qui a relancé ce projet à la faveur des années 2000. Devenu premier ministre entre 2012 et 2014 sous le mandat présidentiel de François Hollande, Jean-Marc Ayrault a joué de son influence pour le faire aboutir. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les opposants au projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes n’ont jamais capitulé, quitte à aller au clash avec les forces de l’ordre. De violentes confrontations se sont succédé n’entamant en rien la détermination d’un gouvernement qui se voulait un modèle d’inflexibilité; les recours juridiques se sont enchaînés tandis que la mobilisation prenait une ampleur inattendue et pour le moins inespérée. En dépit du référendum de juin 2016 auprès des 967 500 habitants de Loire-Atlantique qui était censé sceller le sort de l’aéroport NDL, la donne a changé du tout au tout.

En effet, à l’issue d’une concertation le premier ministre et le président de la République se sont prononcés en faveur de l’abandon de ce projet qui concernait pas moins de 1650 hectares de terres agricoles et de zones humides. Malgré 55,17% de votes favorables à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ce projet sera nul et non avenu en date du 8 février 2018.

Autant dire que le mouvement « anti-aéroport » ne peut que saluer cette décision qui bien que tardive vient mettre un terme définitif à toutes sortes de spéculations. À ce titre ou plutôt en l’honneur de cette sage décision, une célébration est prévue le 10 février 2018 en plein bocage. Quant à celles et ceux qui s’interrogent au sujet d’une éventuelle contrepartie, il va sans dire qu’ils restent dubitatifs puisque l’aéroport de Nantes-Atlantique sera rénové dans l’objectif d’accroître sa capacité d’accueil de la même manière qu’à l’aéroport de Rennes comme le souligne le premier ministre Édouard Philippe. Il va de soi que cette perspective est loin de satisfaire le SMA (syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest). La réponse du président du SMA ne s’est pas fait attendre puisque Philippe Grosvalet qualifie ce renoncement de « farce démocratique ». Ce dernier ajoute que cet abandon va à l’encontre d’un contrat signé depuis 7 ans.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *