Rencontre avec les tortues marines sur les plages d’Ebodje près de Kribi au Cameroun

La journée commence toujours à Ebodje avec le bruit des vagues qui viennent s’échouer sur la plage avec en fond des chants des oiseaux sur les cocotiers et arbres qui bordent le petit village des pêcheurs dans ce coin reculé du Cameroun. Mais entre octobre et mai, une autre activité surtout nocturne prend la relève sur ces magnifiques côtes bien loin de la pollution.

5 des 8 espèces de tortues marines dans le monde migrent chaque année entre les mois d’octobre et mai sur les côtes de cette petite localité perdue dans le sud Cameroun pour y déposer des œufs dans le sable.

La SNV, un organisme crée en Cameroun pour la protection des tortues marines

Les équipes constituées des hommes quelques fois des enfants et des touristes en séjours au Cameroun se constituent et se munissent des équipements nécessaires pour le ramassage des œufs de tortues. Pendant des très nombreuses années les pêcheurs ont consommé les œufs de ces animaux faisant d’elle-même l’un des éléments principaux de leur alimentation. En 2009, la SNV organisme de coopération néerlandaise a vent de cette situation et décide de s’invertir pour la protection des tortues marines dont il faut le rappeler l’espèce est en danger. La SNV va donc se déployer sur le terrain pour former les villageois dans la gestion des petits projets économiques afin que ces derniers abandonnent le ramassage des œufs. C’est ainsi que naît le projet de protection des tortues marines d’Ebodje.

Etape  et période de ponte des tortues marines sur le rivage de Cameroun

Concrètement tous les soirs entre octobre et mai les tortues marines migrent vers Ebodje pour y pondre. Sur la plage elles creusent grâce à leurs énormes pattes des grands trous circulaires dans lesquels elles déposent des centaines d’œufs. La ponte peut durer 30 à 60 min. Une fois terminée, la tortue essaye tant bien que mal de les recouvrir avec le sable. Puis lentement, parfois sous le regard des touristes, elle repart vers la mer puis le large. Les jeunes vont donc creuser et ramasser ces œufs dans des sceaux et corbeilles.

Ils vont les disposer dans des espaces aménagés pour les préserver. On les protège ainsi des villageois qui n’ont pas encore totalement abandonné la consommation des œufs, et des prédateurs qui l’ont inscrit dans leur menu. Chaque soir, le processus va se répéter jusqu’au moment où les tortues cessent de venir à Ebodje, près de Kribi dans le sud Cameroun.  Les premières bébés tortues sortent généralement seules et donne le signal de la cours effrénée vers la mer. Le spectacle est beau, incroyable. Ces petites vies qui donnent l’envie de les prendre, de les caresser.

Elles vont ainsi se diriger vers la mer et disparaître. La nature, sachant faire ses choses, la prédation apparaît. Des oiseaux tournoient dans le ciel et piquent des bébés grenouilles qu’ils emportent au loin. Mais un très grand nombre atteint la mer. Selon les statistiques, seules 3% de ces bébés tortues reviendront sur les plages, donc atteindront la maturité. La mer est une jungle impitoyable. Gros poissons, requins, crabes, et autres carnivores marins les ont inscrits à leur menu.

L’accueil des villageois et les sites à découvrir au Cameroun

Les villageois ont donc développé des AGRs, activités génératrices de revenus, telles que la construction des écolodges pour les séjours des touristes et des visiteurs. Les conditions d’hébergement sont rustiques. Lits, tables, chaises, petits espaces rangement, et salle de bains sont suffisants pour les moins exigeants. Il s’est aussi développé une petite restauration avec comme ingrédient central le poisson. Il est consommé sous plusieurs formes dont la cuisine camerounaise a les secrets : Ndomba, frits, mets, grillés, fumés, braisés et même séchés.

Comme autres activités pour meubler le temps à Ebodje, les randonnées en forêt. Le sud est par excellence l’endroit où se concentrent les grandes forêts équatoriales du Cameroun. Avec des guides, vous marcherez dans une végétation dense, fraîche et dont seulement quelques rayons solaires traversent la canopée pour atteindre la basse végétation. Vous pourrez atteindre des campements de pygmées, des réserves et même le parc de Campo’o Man. Les animaux les plus rencontrés sont les primates en l’occurrence les singes, les chimpanzés, les phacochères et potamochères, les antilopes, les petits félins et quelques rares fois, les bruits des branches qui se brisent peuvent vous offrir le spectacle insaisissable d’un éléphant de brousse. C’est un autre plaisir que seuls quelques touristes ont pu en bénéficier. Imposant comme tout, il ne s’intéresse que très rarement à la présence probablement insignifiante pour lui de quelques humains qui passent par là. Il est sûr de sa force.

Ebodje est un bout de plaisir vers lequel nous invitons des touristes de par le monde à découvrir.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *