2 conseils pour devenir un voyageur éco-responsable

Au fil des années, notre planète souffre de plus en plus du réchauffement climatique. Depuis quelques années, une prise de conscience est en train d’émerger sur le fait de comment pourrait-on réduire nos émissions de CO2 et ainsi ralentir le réchauffement climatique. De nombreux mouvements écologiques sont apparus, des prises de consciences politiques, le recyclage de certains matériaux mais aussi le changement progressif de certaines habitudes de vie. Le secteur du tourisme contribue également au réchauffement climatique, notamment avec les récents effets de tourisme de masse poussant à la surconsommation. Cependant, est-il possible de trouver l’équilibre entre partir à la découverte d’autres cultures, ou simplement voyager dans son pays tout en limitant son empreinte carbone ?

Voici 2 conseils qui vous guideront afin de réduire au maximum votre empreinte carbone lors de vos voyages professionnels ou loisirs.

 

Changez vos habitudes de déplacements

 

Tous les moyens de transport que vous allez utiliser contribuent au réchauffement climatique car ils émettent tous du CO2 lors de leur utilisation ou construction pour les véhicules électriques. Cependant, malgré ce point négatif, vous devez vous déplacer et donc utiliser un moyen de transport. Le point positif est qu’il existe des moyens de transport beaucoup moins polluant que d’autres.

L’avion est bien entendu le moyen de transport de plus polluant car il émet en moyenne 360 de CO2 par personne par kilomètre. Or, les trajets en avions sont souvent essentiels lors de vos voyages à l’étranger, pour être un voyageur « éco-responsable » vous devez simplement limiter son utilisation comme en réservant des vols directs par exemple et en évitant les vols intérieurs souvent remplaçables par du train qui émet en moyenne 35 fois moins de CO2 qu’un avion.

De plus, au lieu de recourir à son véhicule individuel, vous pouvez également opter pour les transports en commun comme le bus qui bien souvent desservent l’entièreté de la ville et de son agglomération. Les autocars d’aujourd’hui sont aussi équipés de wi-fi, possèdent des sièges confortables avec un tarif bien plus attractif que le train, avion qui vous déposeront au centre-ville ou à l’extérieur vous faisant recourir à un VTC ou taxi par la suite pour rallier votre logement.

Vous pouvez également opter pour le covoiturage afin de réduire votre empreinte carbone. Le concept est simple, plusieurs personnes souhaitent se rendre à un même lieu de destination le même jour. Par conséquent, plusieurs individus se regroupent à bord d’un seul véhicule et partagent le même trajet divisant ainsi leurs frais monétaires et leur impact écologique. Qui plus est, la pratique du covoiturage permet également la création de nouvelles relations sociales.

Cependant, si vous souhaitez partir en vacances avec votre propre véhicule, voici quelques tips afin de réduire votre empreinte carbone :

  • Limiter votre usage de la climatisation qui représente en moyenne 15 à 20 % de la consommation de votre carburant
  • Eviter les autoroutes afin de privilégier les petites routes nationales car votre vitesse de déplacement sera plus lente, proportionnellement votre consommation de carburant sera plus faible, donc vos émissions de CO2 aussi
  • Adopter l’écoconduites en conduisant tout en souplesse. Une façon de conduire bénéfique pour l’environnement mais également pour votre porte-monnaie car elle permet de réaliser une économie d’environ 40 % de carburant.

Enfin, le meilleur moyen de transport en termes d’émissions de CO2 mais aussi le plus limiter en termes de capacité de charge, de possibilité de réaliser des longues distances et enfin de forme physique, le vélo représente le moyen de transport le plus écologique. Ses avantages sont qu’il vous permet de réaliser votre voyage à votre rythme tout en vous faisant faire un peu d’exercice et permet bien souvent de rencontrer de nouvelles personnes en faisant des arrêts au sein de différents villages. C’est un concept fortement apprécié par les adeptes du slow travel.

 

Choisissez votre logement

 

Outre les frais de transport et l’impact environnemental causé par nos déplacements, l’autre grosse partie du voyage est le logement car il représente une grosse part du budget voyage ainsi qu’un lieu qui vous permet de vous reposer après une journée à la plage ou de visites culturelles.

Selon votre budget et vos préférences différentes catégories de lieux d’accueil sont présentes : de l’hôtel, louer un airbnb, en passant par des auberges de jeunesse, des gîtes jusqu’au logement chez l’habitant qui vous propose un lit et un repas contre une petite aide pour réaliser quelques tâches.

Une tendance minimaliste émerge de plus en plus, le couchsurfing permet de limiter vos consommations d’énergie tout en partageant quelques jours avec des locaux. Ce nouveau concept repose sur la mise à disposition gratuite d’un lit pour une courte période, pour une journée en deux d’ordre général. Phénomène grandement apprécié par ceux voyageant avec un minimum de confort et ceux souhaitant vivre au plus près de la population locale. Le moyen d’hébergement idéal pour les budgets restreints souhaitant rencontrer la population locale. Pour plus d’informations sur ce sujet, un site créé par Casez Fenton comptant de nos jours plus de 5 millions d’utilisateurs à travers le monde proposant des hébergements gratuits.

Cependant si vous préférez tout de même rester à l’hôtel, il y a quelques préconisations que vous pouvez suivre afin de réduire votre impact carbone :

  • Préférez une douche à bain afin de réduire votre consommation d’eau
  • Prenez une douche froide, cela permettra de réduire votre consommation d’énergie, de plus cela aura des effets positifs sur votre santé, cela vous aidera à brûler des calories, raffermira votre peau, améliorera votre circulation sanguine et favorisera votre sommeil.
  • Limitez votre usage de la climatisation
  • Bien éteindre les lumières lorsque vous vous absentez
  • Demandez au personnel hôtelier de ne pas changer vos serviettes de toilette tous les jours.
  • Vous pouvez également leur demander de ne pas faire le ménage de votre chambre tous les jours mais tous les deux jours car le passage de l’aspirateur ou autre activité de ménage utilise des ressources contribuant à l’augmentation du CO2. De plus, lors de vos séjours vous passez une grande majorité de votre temps hors de votre chambre, par conséquent celle-ci doit être relativement propre.

 

Pour finir bien que ces deux conseils représentent déjà une bonne partie des émissions de CO2 liée aux voyages, d’autres aspects ne sont pas à négliger comme le respect de l’environnement avec la gestion de vos déchets, le respect de la faune et enfin la gestion de votre argent en privilégiant des achats de produits locaux et encore pleins d’autres petites actions qui contribueront à faire de vous un voyageur éco-responsable. Enfin, adopter une attitude écologique lors de ses déplacements est déjà un acte noble, cependant pour aller plus loin, le plus important est d’adopter ces gestes en continu, même une fois rentré chez vous.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *