Traîneau à chiens environs de Montréal

Disposant de quelques jours dans notre emploi du temps, nous décidons avec l’équipe multimédia de tester une activité en traîneau à chiens au Québec dans les environs de Montréal ou de Québec.
Notre choix s’est porté sur la région de Mont-Laurier, leur forfait traîneau à chiens avec la formule 2 jours et une nuit nous convenait parfaitement, et les paysages composés de lacs gelés et de forêts nous permettait de couvrir l’activité traîneau à chiens en étant à l’avance, sûr du bon résultat.
Arrivés en début d’après-midi, nous avons été accueilli par Marie-Josée et Eric qui nous ont offert un bon café, pendant que Manon allait nous chercher nos vêtements grand froid, il faut dire que par moins 25, ceux-ci s’imposaient.

chiens-vieaventures01Depuis déjà très longtemps, la conduite d’un traîneau m’intriguait ! Était-ce facile, maniable ? Notre Musher Myriam nous enseigna les rudiments de la conduite d’un attelage de chiens de traîneau.

Randonnée en traîneau à chiens

Mon attelage était composé de quatre chiens un petit mélange d’husky et de Malamute ou chacun avait sa place, les chiens de tête et les deux chiens arrière.
Je fus vite renseigné dés le départ en sentant la poussée extraordinaire que les chiens impatients d’en découdre faisaient subir au traîneau, il faut dire qu’ils tirent comme des dingues et sautent pour faire décoller le traîneau, l’ancre bien enfoncée dans la neige permet de les retenir.
Heureusement que j’avais le pied sur le frein quand l’ancre fut détachée sinon je goûtais cette bonne neige verglacée de ferme neuve.

La conduite du traîneau à chiens

Allez les chiens, c’est l’heure du départ, c’est parti pour deux heures de balade, le mouvement des chiens dans leurs harnais me fît vite comprendre qu’il allait falloir tenir fermement le traîneau au risque de me retrouver à terre, ce qui fut le cas de quelques uns des nôtres.
Tout au long du parcours, ce ne fut qu’émerveillement, et déjà très rapidement une grande complicité me liait avec cet attelage, les chiens de tête doivent prendre des initiatives en évitant tout danger qui pourrait survenir à chaque instant, tandis que ceux de derrière sont comme des locomotives, très souvent les chiens de tête se retournent pour voir si les autres tirent assez fort et aussi pour leur faire comprendre qu’il faut accélérer.
Dans les montées et pour soulager les chiens je cours derrière le traîneau comme me l’a enseigné Myriam un peu plus tôt.
Nous faisons ensuite une halte dans un chalet ou notre guide nous préparera un chocolat chaud avant de reprendre notre course sur le lac gelé, ou le crissement des patins, mêlés au bruit de la glace craquelant provoque un impressionnant silence.
Cette randonnée de deux heures avec une pause chocolat chaud allait passer si vite que je fus surpris en voyant au loin la pourvoirie.

Auteur: marie

Share This Post On

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *